Aymeric Patricot invité de Nouvelle Démocratie Locale

NDL reçoit Aymeric Patricot

NDL reçoit Aymeric Patricot

Aymeric Patricot, diplômé d’HEC et de l’HESS, agrégé de lettres, professeur, écrivain et essayiste, était hier soir l’invité de NDL.

A l’ordre du jour, un thème à l’énoncé a priori délicat, celui des « petits blancs » des quartiers pauvres de la République.

Thème développé dans le dernier ouvrage de l’auteur « Les Petits Blancs » paru aux éditions Plein Jour.

Devant une assistance très nombreuse, Aymeric Patricot a su, avec beaucoup de mesure et de pudeur, rappeler que son ouvrage avait pour vertu principale de poser des questions que l’on ne se pose pas, des questions comme celles que lui- même a posées « aux gueules cassées de la misère »…

Le débat présidé par Robert Malatesta, avec Jean-Claude Ricci Professeur des Universités, vice-président, modérateur de la soirée, permit de nombreux et riches échanges, parfois vifs et passionnés, mais toujours marqués par l’esprit de tolérance et de respect de chacun, qui préside aux rencontres et travaux de NDL.

Roland Roger, Gérard Canovaggio, vices-Président, et de nombreux membres du collège des fondateurs et du CA de NDL, étaient présents à cette  soirée utile à la réflexion citoyenne et au débat public.

One comment

  1. admin dit :

    je suis un peu longue, mais c’est important – Merci de lire jusqu’au bout

    je tiens à remercier NDL pour ce débat difficile et particulier
    je ne remets en aucune façon AYMERIC PATRICOT
    Je crois qu’il a voulu éclairer un pan de cette société des « petits blancs » ; je sais par expérience professionnelle que des personnes âgées dites européennes traversent un calvaire de misère…
    C’est vrai la photo sociologique peut paraitre juste mais que doit on interpréter ? que doit on dire ou voir ?
    cette question m’ a interpellée : je voudrais vous dire ?
    doit-on aujourd’hui chercher qui a la dernière place de la misère le blanc ou l’autre ? le chrétien ou l’autre ?
    qui a plus que l’autre le droit à la misère le blanc ou l’autre ? le chrétien ou l’autre ?
    jusqu’où peut-on évaluer la dimension ethnique ? allons nous mettre des critères ?
    le regard croisé entre les communautés comment doit-il être vu ?
    et cette question sociale et ethnique ne nous rappelle t-elle pas des idées qui ont démarré autour de tables comme celle de l’autre soir ?
    encore un point l’aide sera-t-elle à mesurer dans cette logique sociale et ethnique ? et la peur qu’elle peut engendrer !

    la misère blanche ou noire devient grise, elle a la couleur de la pauvreté, tous la rejettent, tous nous voulons la voir au travers de fenêtres obscures
    bien sûr que l’économique joue un rôle plus qu’important, l’école également et l’éducation politique (vie citoyenne) et l’éducation tout au long de la vie également
    bien sûr qu’il restera en marge des personnes plus blanches que les autres, elles partageront le même pain sec, et également une dignité bafouée quels qu’en soient les critères (affectifs, moraux, psychosociaux, ou économiques)

    quels sont les nouveaux outils à mettre en place aujourd’hui car notre société a muté en même temps que nos outils économiques et technologiques, et les critères d’étude ont peu évolué ?
    les sciences humaines ont besoin comme dans toutes les expertises de réflexions nouvelles allant vers la construction et non pas la déconstruction, soyons vigilants la marche à reculons est indispensable pour aller de l’avant, ne nous laissons pas happer par le vide

    opinion personnelle suite aux élections :
    autres choses :
    ce que j’ai partagé avec des personnes qui sont dans le même idéal :

    j’ai du mal à comprendre que tant de gens puissent voter front national et parmi eux beaucoup de jeunes.
    restons vigilants la deuxième guerre est déjà enfoui dans les mémoires, les ratonnades réjouissent trop certains cœurs, la crise économique est bien sûr comme dit M. Raffarin et pour ne fâcher personne M. Mélenchon… est un des facteurs déterminant de ce vote.
    il est un critère, mais pas le seul, des regards croisés sont indispensables. Nous devrions relancer des travaux sur la citoyenneté, sur le politique, sur des formes de combat alternatives démocratiques pour rester en lien avec le vrai, la laïcité doit sortir de son enclavement où elle s’est enfermée en ne parlant que de religion et d’islam. elle doit reprendre du poil de la bête pour donner à chacun une place laïque en vu de la liberté de choix pour reconquérir des territoires perdues. il faut agrandir notre champ conscient, Marseille est une belle ville à reconstruire, la France est un beau pays aux valeurs qui doivent en aucun cas être bradées, l’Europe une ressource inestimable comme levier de’ transformation et l’humanité à besoin de synergie pour s’améliorer chacun à sa place et avec l’autre

    Mina
    « Ce n’est pas le peuple naissant qui dégènère ,il ne se perd que l’orsque les hommes faits sont déjà corrompus. » Montesquieu
    « si le crime devient la loi cesse-t’il d’être un crime ? » Albert Camus

Laisser un commentaire

SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline