Personnes handicapées ; 1er janvier 2015

Nouveau rendez-vous manqué ?

Le 1er janvier 2015 n’est  pas l’annonce d’un prochain cataclysme !

C’est celle d’un nouveau rendez- vous manqué, qui semble laisser indifférents nombre élus et décideurs, mais qui va à l’évidence, décevoir  un grand nombre de personnes en situation de handicap.

En effet, le 1er janvier 2015,  conformément à la «  Loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » (10 février 2005), est une date butoir pour la mise en accessibilité aux personnes  à mobilité réduite : de l’ensemble des lieux recevant le public, de  la voirie, des aménagements des espaces publics, des systèmes de transport et leur inter modalité.

Dans l’intitulé de loi, arrêtons-nous un instant sur le mot participation retenu par le législateur.

Il, prend ici toute sa signification :

Pour participer pleinement à une vie sociale et citoyenne, il est indispensable d’avoir un logement adapté, de pouvoir se déplacer en empruntant tous  les modes de transports, d’accéder à tous les établissements recevant du public, de circuler aisément sur les trottoirs de nos rues et de nos boulevards…

Aller à l’école, à la fac, au travail, rencontrer des amis, aller au restaurant, faire des emplettes, effectuer des démarches, se balader, aller au cinéma, et au théâtre, assister à un concert, bref vivre tout simplement !

 

Or que constatons-nous ?

Qu’à  l’évidence, peu, vraiment peu, a été fait ! 15%, seulement, des Etablissements Recevant le Public ont réalisé, à ce jour, des travaux d’accessibilité selon un rapport conjoint de l’IGAS, du CGEF et du  CGEDD !

Pourquoi un  résultat  aussi décevant ?

 

Pourquoi  une grande ambition, traduite par la loi  votée à l’unanimité par le Sénat, et l’Assemblée Nationale qui avait suscité tant d’espoir, rencontre autant de difficultés dans son application ?

Certes,  pour des raisons liées aux  moyens financiers et budgétaires qu’elle nécessite de mobiliser dans une période que chacun sait difficile.

Mais la question peut être posée de savoir si une mobilisation active  de tous les acteurs publics, et pourquoi pas privés , n’aurait pas permis d’avancer plus et mieux pour appliquer la loi .

Poser la question n’est-ce pas déjà y répondre ?

Force est de constater que la mobilisation des acteurs est faible et que les dispositions  de la loi sont perçues comme une obligation législative et réglementaire, et rarement hélas comme une chance pour mettre en œuvre un grand projet pour une société de fraternité, de solidarité et d’égalité !

Or, d’une part une action plus vigoureuse serait dopante pour une économie qui en a bien besoin, et de plus, il faut affirmer avec force que chaque aménagement, amélioration (dans la voirie et les infrastructures), ou intervention en milieu rural, urbain, ou périurbain, pour «  faciliter la vie » de la personne handicapée améliore de facto celle de l’ensemble des autres citoyens !

Alors que faire ?

D’abord lutter pour mobiliser les acteurs, et les aider à une prise de conscience de l’impérieuse  nécessité d’avancer à un autre rythme…

A cet égard, comment ne pas penser que la création d’un  véritable Métropole, avec une adhésion unanime, pour laquelle milite activement Nouvelle Démocratie Locale , faciliterait l’application plus rapide la loi en concentrant dans le mains d’un même maitre- d’œuvre les politiques publiques en matière de transport ,de circulation, d’aménagement, d’équipements structurants et de voirie…

En attendant, ne baissons pas la garde, chaque avancée, chaque amélioration, chaque décision qui va dans la bonne direction, est importante !

Exigeons-les, là où nous vivons, là où nous travaillons, là où nous siégeons !

C’est cette démarche de citoyens lucides, actifs et qui regardent malgré tout demain avec optimisme, qu’il nous faut adopter pour surmonter plus vite  les nombreux obstacles qui sont encore devant nous !

Nous répondrons ainsi me semble-t-il, avec humilité et à notre place, à notre belle devise républicaine « Liberté-Egalité-Fraternité »

Armand Benichou
Nouvelle Démocratie Locale
Militant Associatif
Président de l’Association HandiToit

One comment

  1. loulif dit :

    Marseille semble totalement indifférent aux problèmes qui se posent aux handicapés mais aussi aux mères et leurs poussettes, est-ce facile pour les piétons ? non mais ils enjambent, sautent et évitent
    les obstacles…
    Si NDL travaille également sur ce problème, J’ADHERE !!!

Laisser un commentaire

SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline