La triple rupture dont la France a besoin

Avertissement:

Ce point de vue, est publié dans le cadre de notre rubrique « Expression libre », sous la responsabilité de son auteur. Comme à l’habitude, il a pour but de participer au débat public. et démocratique. Sa teneur ne saurait en rien engager N D L .

La  triple  rupture  dont  la  France  a  besoin  

La  technologie  et  la  mondialisation  sont  en  train  de  transformer  notre  façon  de  faire  société.  Fondés   sur  le  partage  et  la  collaboration,  des  mouvements  d’un  nouveau  genre  se  répandent  dans  tous  les   domaines  au  même  rythme  que  la  révolution  numérique.  Connecté  en  permanence,  un  nouvel   individu  est  en  train  de  naître,  il  discute  le   »savoir »  de  ses  professeurs  et  des  élites  dirigeantes.  Avec   l’Open  Data,  le  contrôle  citoyen  prend  forme.   Née  avec  l’euro,  la  jeunesse  ne  limite  plus  son  horizon  aux  frontières  nationales  ;  sa  mobilité  et  sa   vision  sont  devenues  mondiales.  Les  transitions  démographique  et  économique  recomposent  l’ordre   politique  planétaire.  Très  loin  des  comportements  collectifs  et  homogènes  du  monde  ancien,  les   individus  créent  de  nouveaux  liens  et  réinventent  une  manière  de  vivre  ensemble,  de  communiquer,   de  partager,  de  revendiquer.     En  face  de  ces  changements  qui  se  présentent  à  nous  –  quand  un  seul  est  capable  de  bouleverser  nos   vies  -­‐,  nos  dirigeants  paraissent  sidérés,  incapables  de  penser  le  futur  et  encore  moins  de  le  bâtir,   tout  occupés  qu’ils  sont  à  préparer  leur  prochaine  échéance  électorale.   Dominés  par  la  peur  d’agir,  la  crainte  de  devoir  imaginer  un  autre  agencement  des  choses,  nos   dirigeants  n’ont  pas  su  ou  voulu  voir  que  dans  ce  monde  si  complexe,  c’est  le  cœur  de  notre  modèle   politique  et  social  qui  doit  être  profondément  remis  en  cause.       Alors  que  dans  la  nouvelle  compétition  mondiale,  il  n’y  a  qu’ensemble  que  nous  transformerons  les   risques  en  opportunités  ;  notre  «  Etat  providence  »  a  peu  à  peu  muté  en  une  gigantesque  mosaïque   de  corporations  qui  a  fissuré  notre  projet  collectif  le  laissant  sans  dessein  ni  ambition.  Dans  ce  futur   si  complexe,  si  mobile,  si  changeant,  l’Etat  omniprésent  a  totalement  anesthésié  la  société  civile   rendant  difficile  tout  processus  de  changement  autre  qu’impulsé  par  le   »haut ».     Dans  ce  contexte,  le  défi    que  porte  Nous  Citoyens  est  de  remobiliser  les  Français  pour  bâtir   collectivement  une  nouvelle  manière  de  vivre  ensemble,  une  nouvelle  manière  de  faire  société,   une  société  responsable.     Résolument  inscrite  dans  l’action,  cette  société  responsable   réinvente  notre  modèle.  Dans  une   perspective  de  bien  commun,  elle  propose  un  environnement  dans  lequel  l’entreprise  et  le  citoyen   combinent  leurs  forces.  Elle  redonne  un  sens  à  l’action  individuelle.  Agile,  elle  dépasse  les   contradictions  entre  entrepreneuriat  et  intérêt  général.  Fière  de  ses  valeurs,  elle  n’a  plus  peur  de   s’ouvrir  au  monde.  Avec  la  «  Société  Responsable  »  la  France  redevient  un  horizon  de  tous  les   possibles.     Cette  nouvelle  société  procédera  de  trois  ruptures  d’avenir.     -­‐ Une  rupture  dans  notre  organisation  politique  et  administrative  afin  de  mettre  en  œuvre  des   réformes  de  grandes  ampleurs.      Porteur  d’une  vision  à  long  terme,  l’Etat  recentrera  ses  interventions  directes  sur  ses  missions   régaliennes.  Par  ailleurs,  s’appuyant  sur  la  société  civile,  il  jouera  un  rôle  actif  pour  encadrer,  inciter,   accompagner  et  coordonner  les  missions  et  actions  mises  en  œuvre  par  les  collectivités  et  les   communautés  civiles.   Pour  doter  la  France  d’une  administration  proche,  efficace  et  économe,   la  nouvelle  carte   administrative  sera  organisée  en  3  échelons  :  l’Etat,  la  Région,  le  regroupement  de  Communes.  Les   Régions  seront  dotées  de  nouveaux  pouvoirs,  en  particulier  en  matière  d’éducation,  de  formation,   d’économie  et  d’emploi.  Les  regroupements  de  communes  deviendront   des  collectivités  à  part   entière  en  charge  de  l’ensemble  des  politiques  de  proximité.
2
Hors  les  missions  régaliennes,  et  dans  un  souci  de  justice  et  d’universalisme,  le  statut  des  personnels   de  la  fonction  publique  sera  abrogé.   Avec  l’ensemble  de   la  communauté  éducative,  et  dans  une  logique  de  proximité,  nous   transformerons  l’école  en  un  véritable  parcours  éducatif.  Proposant  aux  enseignants  des  conditions   de  travail  et  des  salaires  dignes  de  la  mission  qui  est  la  leur,  cette  école  du  XXIème  siècle  redeviendra   ainsi  le  creuset  de  l’égalité  des  chances.     -­‐ Une  rupture  économique  et  sociale  pour  construire  une  nouvelle  alliance  entre  prospérité  et   solidarité.     L’environnement  juridique  et  règlementaire  du  travail  sera  simplifié  pour  favoriser  la  mobilité  de   tous  les  acteurs  et  donner  aux  entreprises  le  maximum  de  capacité  à  s’adapter  à  leur   environnement.  La  prise  de  risque  et  l’innovation  seront  encouragées  par  une  fiscalité  qui  ne  sera   plus  confiscatoire.  La  forte  baisse  des  coûts  publics  obtenue  grâce  à  nos  profondes  réformes  dans   l’organisation  de  l’Etat  sera  orientée  en  priorité  vers  la  baisse  des  charges  des  entreprises.   Les  nouveaux  modèles  économiques  comme  l’économie  collaborative,  l’économie  sociale  et  solidaire   seront  encouragés  car  considérés   comme  l’un  des  leviers  majeurs  de  l’insertion  par  l’activité   économique.   Par  la  dérèglementation  des  secteurs  en  situation  de  rente,  nous  ouvrirons  de  nouvelles   opportunités  d’emploi  à  tous  ceux  qui  aspirent  à  y  exercer  une  activité.   Les  statuts  d’auto-­‐ entrepreneurs,  et  de  travailleurs  indépendants  seront  encouragés  car  répondant  aux  nouveaux   besoins  de  mobilité  d’une  population  de  plus  en  plus  importante  et  aux  enjeux  de  souplesse  des   entreprises.     -­‐ Une  rupture  éthique  et  morale  pour  rapprocher  la  vie  politique  de  la  société  civile  et  rétablir   une  confiance  réciproque.     La  transparence  et  le  contrôle  citoyen  seront  instaurés  à  tous  les  niveaux  de  la  vie  politique.  La   politique  n’est  pas  un  métier  mais  une  mission  ;  en  conséquence  la  limitation  du  nombre  et  de  la   durée  des  mandats  sera  instaurée.  Cette  règle  s’appliquera  à  toutes  les  institutions  exerçant  une   mission  au  service  de  nos  concitoyens  (syndicalistes,  fonctionnaires  détachés,  etc.).   Le  renouvellement  et   la  diversification  du  personnel  politique  sont  une  nécessité.  Dans  cette   perspective,  la  démission  de  la  fonction  publique  pour  tout  élu  sera  la  règle.  Un  congé  pré-­‐électoral   et  une  assurance  reconversion  seront  mis  en  place  pour  encourager  tous  les  Français  à  exercer  une   fonction  élective.       Face  à  un  pouvoir  qui  a  abandonné  toutes  ses  ambitions  en  matière  de  solidarité,  dans  une  France  où   seuls  les  «  rentiers  »  et  les  «  malins  »  ont  des  chances  de  s’en  sortir,  nous  proposons  de  reconstruire   une  société  de  justice,  qui  prend  appui  sur  le  gigantesque  potentiel  que  constitue  la  société  civile.     Nous  sommes  déjà  12  000  dans  toute  la  France  à  œuvrer  dans  ce  sens.  Dans  tous  les  territoires,  tous   les  jours,  des  centaines  de  citoyens  donnent  de  leur  temps  et  de  leur  intelligence  pour  construire  ce   projet.   Nous  nous  engageons   car  nous  savons  que  nos  gouvernants  n’y  arriveront  plus.  Nous   partageons  le  constat  de  Michel  Serres  :   »Je  vois  nos  institutions  luire  d’un  éclat  semblable  à  celui  des   constellations  dont  les  astronomes  nous  apprennent  qu’elles  sont  mortes  depuis  longtemps  déjà ».

Renaud  Vignes  Responsable  du  projet  Nous  Citoyens  en  Région  PACA

 

Comments are closed.

SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline