A propos du débat sur le Clientélisme…

NOUVELLE DEMOCRATIE LOCALE

Encore une salle comble pour le diner-débat de Nouvelle Démocratie locale !
Nouveau diner-débat et nouveau succès pour Nouvelle Démocratie Locale, vendredi dernier dans les salons du fort Ganteaume !
Après les réunions publiques et les derniers débats sur les «Transports», le « Grand Port Maritime de Marseille » et « l’Accessibilité », les très nombreux participants étaient invités à échanger et à réfléchir sur le thème : « Clientélisme et démocratie ».

Dès ses premiers mots, le président de Nouvelle Démocratie Locale, Robert Malatesta, tenait à préciser que le choix de ce thème relevait des préoccupations affichées par son association dans sa charte fondatrice, et qu’il n’était en rien lié à l’actualité…
Par ailleurs, après avoir rappelé les buts de l’association et ses principes d’action, il soulignait l’esprit de liberté, de tolérance et de rigueur, toujours respecté par les responsables de l’association, ses membres et ses nombreux sympathisants, dans l’approche des différents sujets soumis à leur réflexion tout au long de l’année.
C’est dans cet esprit que les deux principaux orateurs de la soirée présentèrent leurs travaux.
Jean-Claude Ricci, Professeur des Universités, ancien Directeur de l’IEP d’Aix-en-Provence, dans un propos introductif remarquable, et d’une grande qualité juridique, proposa une définition du « clientélisme », n’hésitant pas à remonter jusqu’à l’Empire Romain.
Il rappela, par ailleurs, qu’il convenait de distinguer le clientélisme de la solidarité nécessaire et inhérente au fonctionnement de la démocratie représentative.
Enfin, il souligna combien cette question était de la responsabilité de tous, et non pas des seuls élus du suffrage universel…

Il appartenait ensuite à José D’Arrigo, journaliste indépendant, invité en qualité de « Grand témoin », d’intervenir pour dénoncer avec humour et une certaine verve, des comportements jugés préjudiciables pour la démocratie.
Grâce à quelques exemples bien choisis, chacun put reconnaitre pratiques et habitudes fâcheuses de notre démocratie locale.
Le débat avec la salle, et la qualité des très nombreuses interventions permirent notamment de faire le constat que :
- Marseille n’avait pas, hélas, l’apanage de ce type de pratiques et de comportements ;
- Qu’il convenait de bien identifier le sujet, et de ne pas confondre « solidarité nécessaire » et « clientélisme » ;
- Que le combat contre cette dérive de la démocratie nécessitait certes une attitude irréprochable des élus du suffrage universel, mais aussi de tous les citoyens et électeurs !

Bien d’autres pistes de réflexion et d’action furent proposées par les différents orateurs.
Nouvelle Démocratie Locale en tiendra compte pour enrichir sa réflexion pour une meilleure gouvernance des institutions locales.
Après avoir remercié l’assemblée pour la grande qualité des débats, le président donna rendez-vous à tous, pour le diner-débat du 21 novembre prochain.

Laisser un commentaire

SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline