Tag Archive for rénovation

En finir vraiment avec le cumul des mandats!

Le rapport Jospin, sur la rénovation et la déontologie de la vie publique prône un certain nombre de mesures pour lutter contre le cumul des mandats.

Notamment l’interdiction du cumul d’un mandat parlementaire et d’une fonction exécutive locale (maire; maire-adjoint; président ou vice-président de conseil général, président ou vice-président de conseil régional).

SI ces propositions sont retenues par l’actuel gouvernement, ce qui serait cohérent après les promesses de la campagne présidentielle, beaucoup d’élus seront mécontents et devront faire des choix « cornéliens » entre leurs fonctions exécutives locales et leurs mandats parlementaires !

Mais une fois ce mauvais moment passé, c’est la démocratie en général et la démocratie locale en particulier qui en sortiront renforcées et régénérées.

Qui ne voit en effet, comme l’a souligné Jean-Claude Ricci dans un article récent publié sur notre site, que « le cumul des mandats contrevient souvent au principe d’impartialité »…  « qu’il renforce l’aspect « baronnies » des mandats électifs et qu’il empêche l’émergence de personnes et de talents nouveaux », contribuant ainsi à une certaine sclérose de la vie locale.

Mais, même si les préconisations du rapport Jospin vont dans la bonne direction, nous pensons à Nouvelle Démocratie Locale qu’il faut aller beaucoup plus loin!

-D’abord en s’attaquant, au cumul des mandats dans la durée :

 Est-il normal, utile, nécessaire, efficace pour la gestion du bien public et des institutions, que des élus puissent exercer un mandat national et/ou local durant presque toute leur existence ?

Nous connaissons l’objection faite à cette interrogation dérangeante pour certains : « après tout ce sont les électeurs qui décident librement du choix de leurs élus » !

Sauf que le choix des dits électeurs est limité à l’offre qui leur est faite par les dirigeants des partis et  «  les sortants », lesquels sont souvent les mêmes; et que le système français, malgré tous les progrès de  ces dernières années continue à donner une large prime aux candidats déjà en place !

-Ensuite, en mettant fin à une pratique locale  peu identifiée par les citoyens et jamais abordée par les médias; celle qui profite des lacunes de la loi électorale, et qui permet à certains fonctionnaires ou agents des collectivités d’être élus et de siéger dans d’autres collectivités dont la compétence s’exerce sur le même territoire que celui de leur collectivité d’origine !

Chacun peut légitimement s’interroger sur le degré d’indépendance, de liberté et d’impartialité d’élus qui seraient placés dans une telle situation !

Nouvelle Démocratie Locale, a proposé dans ses textes fondateurs que cette pratique soit supprimée (même si le législateur devait l’ignorer) dans les collectivités de plus de 3500 habitants. Pour le reste, elle prendra part au débat public pour que le cumul des mandats soit limité dans les collectivités, mais aussi dans les organismes proches des collectivités, pour mieux faire vivre la démocratie locale.

Robert Malatesta

Ne faisons pas une Métropole petit bras

Le premier ministre a annoncé lors du comité interministériel du 6 septembre 2012 que l’agglomération marseillaise (1,8 M habitants) devait  cheminer vers la solution de la métropole.

Le relevés de décisions du comité interministériel rappelait la division actuelle en 6 structures intercommunales et envisageait une seule agglomération avec  plusieurs pôles, ayant pour compétences notamment les transports urbains, l’environnement, le développement économique, l’enseignement supérieur, la rénovation urbaine.

L’opposition de nombreux élus locaux soucieux de conserver leurs prérogatives  semble faire reculer le gouvernement.

Il apparait ainsi que la réflexion (la Provence du 8 novembre) porterait aujourd’hui sur la disparition des communautés d’agglomération actuelles avec des pouvoirs renforcés aux maires qui retrouveraient une compétence sur la propreté et sur la voierie.

Tout cela est fort regrettable et pourrait conduire à de l’inefficacité préjudiciable à l’intérêt général.

Le maire est naturellement l’interlocuteur de proximité mais confier la propreté  à des maires de secteurs à Marseille serait certainement  déraisonnable compte tenu de la faiblesse de la structure administrative.

Quant à la voirie il est bien clair que voirie circulation et transports sont des compétences indissociables.

La réalisation d’une ligne de tramway décidée par la métropole peut-elle  se heurter à l’opposition d’une commune propriétaire de la voirie ? Ce serait une situation ubuesque.

Respect des communes, conforter les compétences de proximité des maires cela va dans le bon sens, mais de grâce bâtissons une métropole qui pourra élaborer des  projets d’envergure,  construisons une vraie  capitale européenne  autonome dans ses décisions et ses compétences vis-à-vis des communes.

Charles Vigny

SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline